FACULTES DE MEDECINE DE PARIS ET THERAPIES COMPLEMENTAIRES Intervention de Christian Busser

28/02/2020

FACULTES DE MEDECINE DE PARIS ET THERAPIES COMPLEMENTAIRES Intervention de Christian Busser

Christian Busser, en  tant que l’un des 6 représentants français spécialistes des thérapies complémentaires fut auditionné en Faculté de médecine de Paris  le 15 avril 2019, jour de l’incendie de Notre Dame de Paris.

Il représentait la naturopathie, la phytothérapie et l’aromathérapie au plan national à l’invitation de professeurs de Faculté de médecine et de l’association des internes en médecine qui représente l’avenir des pratiques médicales du XXIè siècle, et en présence du Président des Universités de Paris.

L’atmosphère générale était bienveillante, tolérante et ouverte mais à la recherche de preuves des activités et efficacités des thérapies complémentaires. Nous avons néanmoins constaté que certaines personnes ( intervenants comme nous 6 et en particulier le médecin représentant l’homéopathie mais aussi des professeurs de faculté de médecine et des internes) étaient la cible d’attaques sordides sur twitter, financées par des officines dont nous connaissons les financeurs, ce qui montre que malgré une bonne volonté évidente il y a des opposants farouches et déterminés à empêcher le développement de cette alliance voulue par l’Europe entre la médecine « classique » et les thérapies complémentaires que l’on appelle la médecine intégrative.

Après nous avoir entendus, les autorités médicales semblent s'orienter vers une introduction (sans aller jusqu’à un enseignement de ces thérapies) en médecine, laissant le choix aux praticiens intéressés de suivre des cours dans telle école privée ou universitaire s’il en existe.

Quelles sont les conséquences pour l’enseignement de la naturopathie, la phyto-aromathérapie et la réflexologie : l’Etat sera amené à favoriser l’homogénéité des pratiques et leur qualité et à réguler les écoles. L’État, selon l’association des internes qui représente l’avenir des pratiques médicales du XXIè siècle devrait fixer des objectifs de formation aux écoles en question et pouvoir les évaluer, comme cela est fait dans les facultés de médecine. Face au scepticisme des médecins en terme de mode d’action de la phyto aromathérapie et sachant que nous avons de par nos liens constants avec les universités la base bibliographique nécessaire dans ce sens nous serons amenés à communiquer auprès de nos étudiants et du corps médical sur ces sujets.

L’Ecole Plantasanté, enseignant la  naturopathie et d’autres thérapies complémentaires est une des rares à être certifiées OPQF depuis 2016, ce qui est un gage de sérieux et de crédibilité. Nous sommes également très actifs au sein du Syndicat des professionnels de la naturopathie dans une procédure d’harmonisation des pratiques d’enseignement et de leur qualité, prenant ainsi de l’avance sur la volonté du gouvernement et des autorités médicales.

Christian Busser, fondateur de l’Ecole Plantasanté, enseignant aux Universités en ethnomédecine et les années précédentes en phyto-aromathérapie en Faculté de Médecine et de Pharmacie.

Source : ScienceDirect www.sciencedirect.com Elsevier Ethics, Medicine and Public Health Volume 12, January–March 2020, 100414



Retour à la liste des actualités
Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site